Logo ADFAAH

Rapport d'Assemblée Générale

                     

RAPPORT MORAL DU PRESIDENT

ASSEMBLEE GENERALE DU 29 septembre 2018

 

Mesdames et Messieurs les Élus,

Mesdames et Messieurs les représentants des collectivités territoriales,

Mesdames et Messieurs les Présidents,

Mesdames et Messieurs les Directeurs,

Mesdames et Messieurs les membres de l'ADFAAH,

 

Chers Parents, Familles et Amis.

Votre présence à cette assemblée générale nous va, le conseil d'administration et moi-même, droit au cœur. Il en est j'en suis sûr de même pour l'ensemble des personnels, représenté par leurs cadres ici présents. Ce moment particulier et fort pour l'ADFAAH, permet de passer en revue le fonctionnement de nos établissements pendant cette saison et de porter un regard vers le futur.

Comme il est de coutume, Madame Catherine BOZONNET, Directrice Générale en collaboration avec Isabelle CHAMOUX et Jean Baptiste GOUYON respectivement directeurs des établissements de Sennecey le Grand et Givry et de Saint Rémy et Buxy vous détailleront les actions menées.

Je profiterais de cet instant au nom du Conseil d'Administration pour les remercier ainsi que leurs adjoints, tout le personnel du siège et l'ensemble des équipes pour leur travail, leur investissement et l'engagement qu'ils mettent chaque jour au service de nos bénéficiaires.

Le plus gros dossier en cours actuellement et qui l'était déjà l'année dernière, reste celui des travaux d'amélioration d’accueil de nos résidents. Il s'agit je vous rappelle, d'installer dans chaque chambre des bâtiments les plus anciens un cabinet de toilette avec douche à l'italienne et WC, d'une surface suffisamment importante pour y accéder en fauteuil roulant ou avec un déambulateur. Nous devons en effet prendre en compte dans la définition de ces travaux, le vieillissement de nos résidents et l’évolution de leurs pathologies parfois lourdes et pour beaucoup d'entre eux, multiples...

Afin d'inclure ces cabinets de toilettes dans nos structures existantes il nous faut donc des surfaces supplémentaires pour compenser l'espace qu'ils occuperont, c'est à dire des constructions neuves et extensions...

Rappelons que le foyer d'Arcadie propriété de l'OPAC, sera restitué à cet organisme et les occupants de celui-ci, répartis à Givry, Buxy et pour certains au FAM de Sennecey.

Le déménagement de l'établissement de Saint Rémy qui pourrait être programmé mi-2023, signera donc l'acte final de ce grand projet de rénovation.

Le Conseil Départemental a accepté le budget complet de ce programme qui est estimé à près de15 millions d'euros.

J'en profite pour remercier infiniment, les élus de cette collectivité territoriale, son Président et particulièrement Dominique LANOISELET et Sébastien MARTIN qui nous ont apporté un soutien sans faille.

A ce jour le dossier est entre les mains de la SEM Val de Bourgogne, spécialiste de la maîtrise d'ouvrage, que le conseil d'administration a choisi. Un cabinet d'architecte par site a été commandité...

La difficulté de ce gros chantier, je dirais même de ces gros chantiers, car il concerne vous l'avez compris le FAM de Sennecey le Grand, Givry et Buxy, ne doit en aucun cas impacter la vie, le bien-être de nos résidents...Il nous faudra donc par un jeu de transfert dans les constructions neuves, libérer au fur et à mesure les bâtiments à rénover qui seront après travaux, réintégrés par leurs occupants. Nous saurons compter dans ces moments-là, sur le professionnalisme et la bonne volonté de l'ensemble des personnels qui sera mis à contribution.

Le projet le plus avancé est celui situé sur le site de Sennecey le Grand. Après un remarquable travail, comprenant les consultations auprès des personnels, des CVS, du conseil d'administration entre autre, conduit par Mme Bozonnet, le permis de construire a été déposé.

Le projet vous sera présenté par son architecte Arnaud GRANJON qui nous rejoindra tout a l'heure.

Nous avons également avancé sur le projet de Givry sur la partie construction neuve, comprenant principalement un foyer de vie, et un restaurant cuisine. La partie foyer d'accueil actuel sera rénové par l'OPAC, propriétaire des lieux...Un permis de construire est en cours de dépôt pour la partie qui nous concerne afin que soient enclenchées les demandes de financements.

Autre dossier le rapprochement avec l'Association Médico Éducative Chalonnaise, l'AMEC, dont je salue les Co Présidents et le Directeur général.  Le Président Robert MOSNIER et moi-même, avons signé il y a plus d'un an une lettre de mission à double entête à nos directions générales respectives afin qu'elles établissent ensemble un diagnostic visant à organiser une plateforme administrative commune à nos deux associations.

Suite à une rencontre avec nos cofinanceurs, l'ARS (Agence Régionale de Santé) et le Conseil Départemental, et suite au départ en retraite de notre responsable des affaires financières Christine FLEURY, l'ADFAAH a signé, pour parer au plus pressé, une mise à disposition à mi-temps pour 6 mois de la Directrice des Affaires Financières de l'AMEC Fabienne JOUVANCEAUX, contrat renouvelé en attendant l'engagement de nos financeurs pour la création d'un poste et demi de comptable ou peut être d'un cadre administratif..

Il nous faudra si l'accord nous est donné, trouver de quoi installer le nouveau siège sur un site neutre et choisir entre autre le logiciel qui servira à cette gestion.

L'ADFAAH a depuis quelques trimestres, et à la demande du conseil départemental, lancé une démarche de mise en place d'un C.P.O.M (Contrat Pluriannuel d'Objectifs et de Moyens). C'est, je vous le rappelle, une sorte de nouveau contrat de confiance entre notre financeur et le gestionnaire d’établissements que nous sommes. Le C.P.O.M a pour but la modernisation des règles budgétaires dans le sens d'une plus grande autonomie des directions d'établissements.

Enfin l'ADFAAH poursuit sa réflexion sur le vieillissement de la population accueillie dans nos établissements. Pour certains bénéficiaires le handicap ou même les handicaps souvent lourds rendent, je vous le disais au début de mon propos, le vieillissement plus compliqué et donc demandent des accueils de plus en plus adaptés.

Il est d'ailleurs proposé à nos personnels des formations en ce sens. En 2019 elle sera tournée vers le handicap psychique de par l’évolution des pathologies des personnes accueillies dans nos établissements. Sera proposée également une formation aux gestes et soins d'urgence et puis nous poursuivrons les sessions de formation sur la bientraitance.

Pour finir, car j'ai promis de faire court, je voudrais renouveler au nom du conseil d'administration, mes remerciements à l'ensemble de nos personnels, aux intervenants de santé, aux parents et amis, aux membres de l'association, aux élus qui s'engagent et nous soutiennent sans faille dans notre démarche qui a pour but d'améliorer chaque jour le bien-être et le confort de nos résidents.

Enfin, je vous l’écrivais lors du dernier appel à cotisation...L'importance, le dynamisme d'une association, se constate bien sûr par ses actions mais aussi par l'évolution du nombre de ses membres et là, nous sommes obligés de constater une légère baisse du nombre de ceux-ci.

Il est de notre devoir, de votre devoir, de le faire augmenter ...

Je compte donc sur vous et sur votre pouvoir de conviction pour que votre entourage (Parents, Familles, Amis, voisins, relations, connaissances) nous rejoigne et nous soutienne.

Merci pour votre écoute..

 

Rapport de la directrice générale

AG 29/09/18 au FAM de Sennecey le Grand

En quelques chiffres et quelques graphiques qui vont s’afficher, l’ADFAAH au 31 décembre 2017 c’est :

              -  136 bénéficiaires hébergés en foyer de vie

              -   26 en accueil de jour

              -   47 bénéficiaires hébergés en FAM et 14 en accueil de jour

-  15 personnes ont bénéficié d’un séjour en accueil temporaire au FAM

-   76 bénéficiaires âgés de plus de 50 ans (34%)

- 37 vivent dans les foyers de vie gérés par l’association depuis plus de 25 ans (27%)

- 43 vivent dans les foyers de vie depuis moins de 5 ans (31%), ce qui montre le renouvellement de population

- la plupart des résidents ont des liens familiaux sur le secteur géographique proche de l’établissement, ce qui signifie des établissements qui répondent à des besoins de proximité,

- A ce jour, 13 résidents sont en attente d’une réorientation dans un établissement mieux adapté :

* 6 vers une maison de retraite

* 7 vers un FAM

Si nous nous projetons à 5 ans, 96 résidents hébergés seront âgés de plus de 50 ans (52%).

             - 215 salariés (199 en CDI + 16 en CDD au 31/12/17)

- 125 salariés habitent sur les communes de Givry, Buxy, Saint-Rémy, Sennecey et environs proches

- des personnels âgés de 20 ans à 65 ans (57% des personnels sont âgés de + de 40 ans alors qu’ils étaient 68 % au 31/12/16)

- moyenne d’âge des personnels : 43 ans

-   répartition des personnels en CDI

57 % pour l’accompagnement des personnes

17 % dans les services généraux, 

  9 % surveillants de nuit

  7 % en médical ou paramédical

  5 % en administratif,

  5 % direction.

- 365 jours d’ouverture, 24h/24 dans chaque foyer,

-  23 996 h de travail le dimanche ou les jours fériés

-   29 CDI ou avenants + 538 CDD,

- 7239 jours d’arrêts maladie, maternité ou accidents du travail,

- 163 000 € consacrés à la formation sur 2017 à l’ADFAAH,

- 5 personnels ont obtenu leur diplôme sur une formation qualifiante au cours de l’année 2017.

 

Dans les mouvements des cadres, à signaler :

 

Pour ce qui concerne directement le siège social, nous avons sur 2017 eu 2 départs de personnels et 2 embauches. Pour un de ces personnels, nous lui avons proposé de suivre pendant un an à temps partiel une formation en droit du travail, pour laquelle elle a obtenu son diplôme en juillet 2018.

Fin mars 2018, nous avons eu le départ de Mme FLEURY, responsable administrative et financière qui a fait valoir ses droits à la retraite après 41 années de travail à l’ADFAAH. Le poste est partiellement compensé par une convention avec l’association AMEC de Chalon mais cette situation devra aboutir très rapidement à une situation pérenne et répondant à nos besoins.

 

Au niveau de l’ADFAAH, nous avons fait le choix de recruter des neuropsychologues et de les associer aux formations du service du DATSA (équipe mobile autisme qui intervient auprès de personnes avec autisme en lien avec un établissement ou service). Leurs interventions permettent de réaliser des évaluations fonctionnelles facilitant et la compréhension du fonctionnement des résidents et de dégager des pistes de travail pour l’accompagnement.

Une intervenante spécialisée en autisme les accompagne pour l’interprétation des évaluations et des outils à créer. Sur 2018, nous avons fait le choix avec les directeurs de procéder à une augmentation du temps de chaque neuropsychologue pour les positionner à mi-temps.

 

Cette intervenante accompagne également les établissements à partir d’une situation d’un résident. Depuis le mois de mai 2017, un point est fait chaque mois sur les avancées de ces analyses et hypothèses émises.

Après plus d’un an de fonctionnement, cette méthode de travail développée sur chacun des foyers ou accueils de jour mobilise les équipes, génère de la cohérence dans l’accompagnement. Dans certaines situations, nous avons pu mesurer une amélioration du confort de vie du résident par diminution des troubles du comportement.

 

L’année 2017 a aussi été marquée par la poursuite du travail sur les projets architecturaux des établissements. Celui du FAM est terminé, il a été étudié avec les personnels du FAM. Celui de Givry est en cours.

D’ores et déjà, dès le début de l’année 2019, il faudra travailler les impacts sur le fonctionnement à court, moyen et long terme :

 

Ces projets sont aussi l’occasion de réfléchir aux perspectives des établissements et des besoins architecturaux pour accompagner les personnes orientées par la MDPH vers les foyers de vie ou le FAM.

Dans cette étude, nous devons prendre en compte les conclusions du rapport préliminaire réalisé par Mme Catalina Devandas-Aguilar, rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits des personnes handicapées, réalisé en octobre 2017.

Ce rapport fait suite à une mission de contrôle dans le cadre de la convention relatives aux droits des personnes handicapées signée à New York en 2007, publiée en France par décret en avril 2010.

 

Ce rapport nous concerne directement puisqu’il prône l’adoption d’un plan d’action concret pour assurer la désinstitutionalisation par la fermeture progressive de tous les établissements existants et de transformer l’offre en solutions d’accompagnement et de logements de proximité « La France doit revoir les modes d’accueil et d’accompagnement pour se diriger vers une société réellement inclusive ».

 

Vous pensez sans doute que si nous rénovons les foyers, ils ne vont pas fermer. Il faut savoir que les décisions prises pour rénover les foyers ont aboutis après 4 à 5 ans de négociation, mais ce rapport doit nous engager à revoir nos fonctionnements particulièrement avec les personnes qui arrivent dans les foyers. Bâtir avec eux un projet qui leur permettra de vivre le plus possible en milieu ordinaire avec des aides possibles, un accueil de jour ou autre. Repérer ce dont ils ont besoin pour réaliser leur projet. Rechercher systématiquement l’accord de la personne à toute proposition et son adhésion. Diversifier les modes d’accueil et d’accompagnement : logement en milieu ordinaire, hébergement en établissement, accueil de jour, accueil temporaire, collaboration entre plusieurs associations sur des temps d’accueil séquentiels.

Pour élargir cet éventail d’accompagnement, nous envisageons de créer 5 studios sur le site du foyer de Buxy permettant de travailler un projet vers une vie autonome dans un temps contractualisé.

 

Ce mouvement de création de services ambulatoires est d’ores et déjà engagé. C’est pourquoi, à moyen terme, ne seront maintenus dans les foyers uniquement les résidents avec les situations les plus complexes.

 

Ce rapport a provoqué de nombreuses réactions mais quel que soit les conclusions du rapport définitif qui sera déposé en mars 2019, il faut bien comprendre qu’il s’agit d’une « lame de fond » qui bousculera les pratiques. Il ne s’agit sans doute pas de fermer les établissements mais bien de les ouvrir sur le monde extérieur. C’est pourquoi les partenariats sont nécessaires, tant en terme de pratique professionnelle (handicap rare, intervenants extérieurs, intervention de services mobiles) qu’en terme de faciliter des contacts avec des personnes extérieures à nos établissements.

 

Les rapports des directeurs illustreront clairement toutes nos recherches et partenariats à l’ADFAAH en ce domaine.

Ce rapport présente d’autres axes d’amélioration pour les droits des personnes handicapées :

 

Les perspectives de travail du siège social pour cette année :

 

Avant de clore ce bilan, je remercie l’équipe du siège social qui travaille souvent dans des conditions d’urgence, celle des cadres de direction et les personnels, qui chaque jour œuvrent pour que chaque foyer ou accueil de jour soit un lieu de vie propre, chaleureux, et respectueux du projet de vie de chacun.